Le Mémento

de Jean Vilar

 

Au début des années 1950, peu après avoir créé le Festival d’Avignon, Jean Vilar accepte la direction du Théâtre National Populaire de Chaillot, une salle de plus de 1 000 places. C’est un pari tout à fait fou, car il accepte aussi de prendre à sa charge les déficits éventuels. Il prend des notes dans un cahier d’écolier pendant les années cruciales du démarrage du Théâtre National Populaire où il invente, à marche forcée, tout son système tout en se débattant avec la presse et les ministères. Ombres et lumières d’un destin devenu légendaire défilent tout au long de ce document édifiant, émouvant, ironique mais surtout plein d’enseignements pour l’avenir.

Mémento est le journal des trois premières années de son combat.
Jean Vilar naît en 1912 au cœur d’une famille de merciers. Il grandit paisiblement accompagné par la grande littérature (Hugo, Zola, Shakespeare, Stendhal). Dès 1933, il s’oriente vers une carrière théâtrale et connaît rapidement le succès grâce à ses mises en scène talentueuses. en 1945, il présente sur les planches Meurtre à la Cathédrale, qui suscite également l’enthousiasme du public. Fort de ce résultat, il fonde le festival d’Avignon puis occupe la place de directeur du Théâtre National Populaire. Durant toute sa carrière, Jean Vilar s’applique à favoriser l’harmonie avec le public, ce qui contribue sans conteste à son grand succès. Il meurt en 1971 et est inhumé au Cimetière Marin de Sète.

 

> Avec : Emmanuel Dechartre

> Mise en espace : Jean-Claude Idée

> Entrée gratuite

> À 19h au Théâtre du Chien qui Fume – 75, Rue des Teinturiers – 84000 Avignon

> Réservation : +33 (0) 4 90 85 25 87

Chargement de la carte…